La Côte-Nord dans la brume…

Après quelques jours de silence, me revoilà devant mon ordinateur, en direct de

Valleyfield, où la tournée se poursuit. Non pas que j’aie été immobile pour autant… bien au contraire, les kilomètres s’additionnent plus que jamais :)

Avec la UQAC-mobile, près du phare de Pointe-des-Monts, 30 octobre 2009

En effet, j’ai fait un aller-retour (quasi) éclair sur la Côte-Nord la semaine dernière. Mardi, route de Chicoutimi à Baie-Comeau… et le lendemain, tout de suite après la fin de la visite

au Cégep de Baie-Comeau, route jusqu’à Sept-Îles. Jeudi, visite au Cégep de Sept-Îles et retour vers Chicoutimi. Quelle route, d’ailleurs… J’ai dit

dans un texte précédent que la route de la Gaspésie (la 132) n’était pareille à nulle autre.

Eh bien, celle de la Côte-Nord (la 138) est t

out aussi unique. C’est dur de croire qu’en arrivant à la bifurcation passé Sacré-Coeur, à droite on a Tadoussac et à gauche, on a une route sinueuse, aux réparations ô combien nombreuses… et qui nous mène encore plus loin que Natashquan, à des centaines de kilomètres plus au nord. Une route qui traverse plein de villages, qui eux voient passer de gros « 18 roues » chargés à bloc, qui font le transport des biens vers les villes ou du bois du nord vers le sud.

La 138, c’est la route qui donne accès aux barrages de l’Hydro; il y en a un qu’on voit de près d’ailleurs, dans le coin de Baie-Comeau. C’est un chemin ponctué de pylônes, aux sommets souvent cachés par la brume et qui comprend un des rares tronçon de route au Québec (à ce que j’ai vu, du moins) à passer sous une montagne, comme en Europe.

Elle est longue, la route de la Côte-Nord.  Les conifères serrés nous indiquent tout de suite que le climat y est plus froid, plus vite, à l’arrivée de l’automne. Entre les villages que l’on traverse, en montant vers Sept-Îles, quelques percées vers le fleuve, immense. Le fleuve, de l’autre côté cette fois. Il y a de cela deux semaines, je le longeais de la Gaspésie et voilà que je le longe des Côtes du Nord.

À certains endroits, on a parfois l’impression d’être en Nouvelle-Angleterre. Entre les villages, des petites roulottes et des petits chalets, fermés pour l’hiver, entourés de brume, font face aux vagues. Et puis on arrive dans les grandes agglomérations que sont Baie-Comeau et Sept-Îles. On retrouve alors le monde de la tournée (pour une soirée ou deux), qui eux arrivent de l’Abitibi en avion avec un vol nolisé. Cette semaine en avion, à laquelle participe l’UQAC à tous les deux ans, se termine même par une escale Centre d’études collégiale situé aux Îles-de-la-Madeleine. Cette année, pas d’Îles pour moi, mais puisque l’UQAC est très active sur la Côte-Nord et que nous avons un centre hors-campus à Sept-Îles, je m’y rends à chaque tournée universitaire, que ce soit en voiture… ou en avion.

On en voit, du pays, non? Et ça continue… Cette semaine, après Valleyfield, c’est Montréal qui m’attend, avec un collège par jour. En ce vendredi, après notre visite au Collège Jean-de-Brébeuf, je prends la direction de YUL (aéroport Pierre-Elliot-Trudeau) et c’est le départ pour la France, pour deux semaines! Est-ce que je le réalise? Je ne sais pas…!

Au fait, est-ce que je pourrai ajouter ces 6000 km de distance aux 4500 km déjà parcourus au Québec? 😉

À suivre…

Justine

Ce contenu a été publié dans Tournée universitaire 2009-2010, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La Côte-Nord dans la brume…

  1. Orlane dit :

    Bonjour Justine,
    après avoir passé une année formidable à l’UQAC je suis de retour sur Lyon pour une session. Suivant un peu ta tournée via ce blog, je passerai te faire un petit bonjour au CRIJ de Lyon le 21 ou 22 octobre prochain.
    Bonne route!
    Orlane.

  2. Justine dit :

    Bonjour Orlane!
    Ce sera un plaisir pour moi de te revoir au CRIJ de Lyon!
    À la semaine prochaine :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + = six