Comme y disent… « there’s nothing like home »

C’est chouette l’avion. Contrairement à ce à quoi je m’attendais, je n’ai pas pensé une seule fois aux émission catastrophe qui passent à la télé et qui nous font donc peur avec ces « simples pièces techniques qui peuvent vous lâcher à tout coup ». Pas du tout! J’ai savouré le bon repas d’Air France et tenté de somnoler, en rêvant au Québec. Je venais d’abandonner Marilou à la gare de l’aéroport Charles-de-Gaulle; après quelques jours à Paris, elle allait poursuivre la mission en Tunisie. Nous nous sommes dit aurevoir avec regret; quand on partage son quotidien, ses questionnements, ses joies et ses doutes pendant 2 semaines avec une collègue devenue amie, il y a une coupure qui doit se faire! Pour Marilou, c’était la suite du voyage et pour moi, c’était le retour sur les routes du Québec.

J’avais l’âme tout aussi heureuse en débarquant à Montréal que j’avais pu l’avoir dans les rues de la magnifique Montpellier ensoleillée ou à Lyon quelques jours au paravant. La UQAC-mobile n’avait pas bougé dans le stationnement. Je retrouvais ma compagne de route!

Escale chez ma soeur pour la nuit (quel sommeil de plomb j’ai eu, d’ailleurs, pour une fois!) et retour le lendemain au Saguenay. Revoir ma région, même en revenant de visiter quelques-unes des plus belles villes de France, ça me fait toujours le même effet. Une fierté, non-dissimulée, qui m’habite depuis longtemps… pas besoin de travailler à l’UQAC pour aimer le Saguenay-Lac-Saint-Jean :) Je me suis levée tôt sans raison le dimanche matin, une première journée depuis longtemps sans travailler. « There’s nothing like home! »

Le décalage encore un peu dans le corps, il me fallait tout de même être d’attaque le lundi après-midi, puisque ç’allait être la tournée universitaire dans MA région dans la semaine qui allait suivre. J’ai rangé ma valise rouge sous le lit pour quelques jours et, accompagnée par des collègues de l’UQAC, nous avons visité les cégeps de Saint-Félicien et d’Alma, Jonquière et Chicoutimi en trois jours. Le tout marqué par un « 5 à 7 » et un souper fort sympathique avec les tourneux, question de faire honneur à la réputation « recevante » des gens de ma région.

J’ai remarqué pendant la tournée « chez nous » que les cégépiens sont fiers de leur université et de leur région et qu’un nombre sans cesse croissant envisage d’y poursuivre leurs études de cycle universitaire. Comme je dis souvent, ce n’est pas parce que l’UQAC est toute proche qu’on la connaît bien… Venez voir ce qu’on peut vous offrir!

Après quelques dodos à la maison, dont une fin de semaine « entière » sans l’habituelle route du dimanche, c’est la région de la Capitale Nationale qui m’attendait…

À suivre

Ce contenu a été publié dans Tournée universitaire 2009-2010, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 − quatre =