Parce que toute bonne chose a une fin.

La semaine dernière, j’ai retrouvé mon sac à lunch dans le petit frigo des Services aux étudiants. Il était là, tout seul (mais pas « vivant », contrairement à ce qu’on pu soupçonner certaines personnes ;)), avec dedans des ustensiles, des « Tupperwares », alouette. Le matin-même, je confiais à mon chum que je ne trouvais plus mon sac à lunch et ce, depuis 3 mois. Puisque ça faisait tout ce temps que je ne m’étais pas préparé de repas à partager en bonne compagnie sur l’heure du midi à l’UQAC, c’était bien compréhensible.

Car c’est le retour à la vie normale depuis 2 semaines… La tournée a pris fin, une fois de plus. La fin des restos. La fin des hôtels. Le deuil des amis de tournée. Du rythme « sur la route » qui, même s’il est parfois difficile, fait partie de ma vie tout l’automne depuis 5 ans. Et pour m’en détacher complètement, il me faut toujours un peu de temps. Défaire la valise rouge (je suis une Lévesque, après tout! :) Les plus vieux comprendront, mais pour ceux qui sont un peu plus jeunes, recherchez sur Google « valise », « rouge », « Lévesque ». Vous aurez droit à un fait divers qui a marqué l’histoire du Québec dans les années 80… mais qui n’a aucun lien avec moi!). Aussi, il faut se faire une épicerie, une vraie. Arrêter de vivre à moitié à Chicoutimi et à moitié ailleurs au Québec. Recommencer à voir mes amis… et mon amoureux!

Cependant cette année, la tournée a pris fin plus brusquement qu’à l’habitude. Il y a eu un décès dans ma parenté, ce qui a fait en sorte que j’ai dû annuler ma dernière semaine de déplacement dans la région de Montréal. L’expression « deuil de la tournée » est sans doute drôlement choisie… mais c’est comme ça que j’ai toujours qualifié cette sensation de nostalgie floue, qui m’envahit à chaque mois de décembre depuis que je travaille comme agente de recrutement à l’UQAC. Cette fois-ci, je l’ai ressentie de plein fouet.

Le retour au bureau se fait tout naturellement. La UQAC-mobile a été rendue au locateur (comme dit mon chum, je suis « comme Cendrillon qui a perdu son carosse » :)), la valise de travail (la noire, celle-là… à ce que je sache, aucune histoire sur Google à ce sujet!) est rangée dans son armoire. On refait des journées de 8h30 à 17h. On s’habitue… parce qu’on retrouve une routine confortable, on reprend le fil des activités du bureau… on parle aussi de vacances et on prévoit des activités pour le temps des réjouissances de fin d’année :)

Parce que les déplacements de la tournée, les hôtels, les restos en rafale, le travail à distance… et même l’année 2010 (!) finira par se terminer. Parce que toute bonne chose a une fin. Et qu’on est aussi bien d’en profiter, de profiter de la présence des gens qu’on aime et des joies que la vie peut nous apporter.

À tous, je vous souhaite une belle période des Fêtes et une bonne et heureuse année 2011, remplie d’amour et de beaux moments partagés avec les gens qui vous sont chers!

Suggestions de musique pour une fin de tournée:

– Un « jam » de guitare :)

– Les disques de Noël de Bing Crosby et de Frank Sinatra

– « Strawberry Swing » (Colplay) et « Strawberry fields forever » (the Beatles – de l’album « Love », tiré du spectacle du Cirque du Soleil)

– « Sur le fil » (extrait de la b.o. « Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain » – Yann Thiersen)

– « Si Dieu existe » (Claude Dubois… * pour JJ)

Ce contenu a été publié dans Tournée universitaire 2010-2011, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Parce que toute bonne chose a une fin.

  1. Caroline dit :

    Bel article mon amie. Et nous (y compris le frigo du service santé), on est bien content(e)s que tu sois de retour! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× quatre = 12